+41 (0)22 311 03 83

ou utilisez un numéro local

Pourquoi SFM ?

  • Confidentialité absolue
  • Meilleurs prix du marché, en toute transparence
  • Rapidité et efficacité d’éxecution
  • Relation clientèle personnalisée
En savoir plus

Ouvertutre compte bancaire

Quelle banque pour quel client ?

SFM est membre de

Les réformes financières des Iles Caïmans aux oubliettes après le changement de gouvernement en G-B

13  mai 2010

SFM Offshore


STEP JOURNAL – Le gouvernement des Iles Caïmans a rassuré son secteur financier en affirmant que l’introduction d’un impôt sur le revenu ou d’une taxe foncière n’était même pas à considérer, malgré les pressions de la Grande Bretagne.
La crise financière des deux dernières années a brutalement réduit les ressources du gouvernement des Caïmans avec les difficultés financières rencontrées par les hedge funds qui peuplent l’île.
L’île est entrée en déficit et a été obligée de négocier des emprunts à l’étranger, pour lesquels l’autorisation du gouvernement britannique est nécessaire.
Des difficultés supplémentaires pour les Caïmans sont à prévoir après la promulgation par les Etats-Unis du HIRE Act (Hiring Incentives to Restore Employment : mesures pour rétablir l’emploi), qui pourrait gêner les structures des Iles Caïmans tout comme les ressortissants américains résidant aux Caïmans. L’Union européenne prépare également de nouvelles contraintes sur les activités des hedge funds.
En mars, le premier ministre des Caïmans, McKeeva Bush, a soumis pour approbation un nouveau plan budgétaire de trois ans au Foreign and Commonwealth Office de Grande-Bretagne, mais rien n’a encore été accepté.
Maintenant la Grande Bretagne a changé de gouvernement, et les négociations sont suspendues, a déclaré Dax Basdeo du Ministère des Finances des Caïmans, lors de la réunion du Cayman Finance Summit qui s’est tenue la semaine dernière au Ritz-Carlton Grand Cayman.
En attendant, le secteur financier des Caïmans fait circuler une lettre ouverte au gouvernement de l’île dans le but de mobiliser l’opposition à toute suggestion de nouveaux impôts directs.
La lettre prévient qu’une imposition directe du secteur financier pourrait faire tomber les finances de l’administration des Caïmans dans une « spirale infernale de baisse ». Au contraire, elle appelle à des réductions des dépenses du gouvernement, à commencer par les salaires et avantages sociaux du secteur public.
Elle a été signée par plus de 100 dirigeants d’organisations ou d’entreprises, parmi lesquels Cayman Finance et son président Anthony Travers ; le cabinet de conseil en offshore Ogier ; la Cayman Islands Bankers Association ; Deloitte et KPMG.
Au mois de mars de cette année, la commission indépendante Miller, qui avait été constituée pour proposer un nouveau modèle économique pour les Caïmans, était arrivée à des conclusions très proches.


Partager


Newsletter

Inscrivez-vous gratuitement et recevez toutes nos news et nos promos par email !

La Chine soutient la future autonomie de Hong Kong

24 juin 2014

La Chine soutient la future autonomie de Hong Kong > Lire la suite